Podcast 11 – Anticipation

Pour cette émission, JV fait équipe avec le podcast Et Si pour vous parler du futur du jeu vidéo ! De constatation en spéculation, nous essayons de dépeindre l’avenir du média…
Avec les animateurs de Et Si, qui, vous le remarquerez, ont double casquette, puisque animateur régulier chez JV également ;) !

Podcast 11 – Anticipation
Animateurs : Alexandre, Aurélien, Charles et Jocelyn

Téléchargement direct de l’émission

N’oubliez pas que vous pouvez nous retrouver sur Facebook, Twitter, Google+, Itunes, Youtube ou par RSS.

Podcast 10 – E-Sport

Au programme de ce numéro, on vous présente un concept qui commence à bien faire son trou dans le milieu : le sport électronique !
On fait donc un tour d’horizon de la compétition, comme toujours en essayant d’explorer un maximum de pistes : comment on design un jeu pour l’e-sport, est-ce qu’il y a des différences avec la version « normale » et la version « compétition », quel est la situation économique… Toutes ces questions, et bien sur beaucoup de réponses, qui vous permettront de savoir d’où vient l’e-sport, comment il se défini, et on termine même avec le débat classique « est ce que c’est un sport, à la fin ?! »

Et mention spéciale pour Charles, qu’on ajoute à notre liste d’animateurs, parce que « Invité permanent » c’est moyennement crédible :) !

Podcast 10 – E-sport
Animateurs : Aurélien, Charles et Jocelyn

Téléchargement direct de l’émission

N’oubliez pas que vous pouvez nous retrouver sur Facebook, Twitter, Google+, Itunes, Youtube ou par RSS.

Podcast 9 – Role Playing Game (4/4)

Voilà notre dixième émission, où on termine notre longue épopée dans le pays des RPG.
Un numéro un peu plus dynamique, où on répond (espérons le) à la question « qu’est ce qu’un RPG ? », on fait le point sur l’état actuel du genre et les dernières évolutions subies dans les années 2000.
On espère que cette série d’émissions vous a plu, on a essayé d’être exhaustifs, mais si vous avez des questions, envoyez les nous sur les réseaux sociaux (Twitter, par exemple :) !), on fera de notre mieux pour y répondre !

Dans le prochain épisode de JV, on parlera de tout autre chose, alors restez connectés :D !

Podcast 9 – RPG, quatrième partie
Animateurs : Coralie, Jocelyn et Matthias

Téléchargement direct de l’émission

N’oubliez pas que vous pouvez nous retrouver sur Facebook, Twitter, Google+, Itunes, Youtube ou par RSS.

Hors série – Table ronde au Carreau

Mardi 5 Novembre avait lieu, dans le cadre de l’expo « Games Reflexions », une table ronde réunissant artistes/créateurs et chercheurs pour débattre du positionnement artistique des jeux vidéo, qu’ils soient créations commerciales, expérimentales, voire carrément muséographique.
Intitulée « Entre jeux vidéo expérimentaux et jeux classiques, les créations vidéo-ludiques peuvent-elles avoir un statut artistique ? », cette conférence a été enregistrée est vous est proposée ici en rediffusion !

Table ronde : entre jeux vidéo expérimentaux et jeux classiques, les créations vidéo-ludiques peuvent-elles avoir un statut artistique ?
Modérateur :
Rémy Sohier
– Doctorant au laboratoire InRev (Image Numérique et Réalité Virtuelle, Paris 8), Membre de l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines
Invités :
Sophie Daste
– Doctorante et spécialiste du « game art »
Marion Coville
– Doctorante et spécialiste dans l’exposition muséale des jeux vidéo
Kevin Lesur
– Membre du collectif One Life Remains et créateur de jeux vidéo

Téléchargement direct de la conférence

Coté podcast, on essayera à l’avenir de vous proposer encore plus de contenus réalisés, comme celui-ci, à l’extérieur. Alors n’hésitez pas à nous faire part de tous vos commentaires sur ce premier hors-série, ça nous aidera à continuer dans cette direction !

« Jeu Vidéo : l’Expo » à la Cité des Sciences

On vous en avait déjà parlé, surtout depuis qu’on a reçu Mathieu Triclot dans notre émission « Qu’est ce qu’un jeu vidéo ? » de la saison dernière, et elle a ouvert cette semaine, la bien fameuse exposition sur le jeu vidéo, à la Cité des Sciences, Porte de la Villette à Paris.

Alors puisqu’on connait l’un des commissaires d’expo, et avant de vous assommer avec un article qui rentre dans le détail, on s’est dit que ce serait plus sympa de le kidnapper quelques minutes pour qu’il vous fasse lui même le topo sur son exposition !
C’est donc à la veille de l’ouverture, entre les dernières retouches (à coup de perceuses, désolé du bruit) que nous l’avons retrouvé :

Et pour ceux qui ne pouraient pas profiter de la vidéo, on vous propose l’audio en streaming ci-dessous ou en téléchargement sur ce lien. (L’habitude du podcast, que voulez vous…)

Maintenant, il est temps de répondre à la question « à quoi s’attendre si on visite cette exposition ? »

Monde ouvert
L’exposition s’articule autour du concept « bac à sable », c’est à dire que contrairement à un musée traditionnel , vous n’aurez pas un parcours type imposé. Certes, un point d’entrée, sorte de hall des débutants, est prévu pour les non-joueurs qui désireraient se familiariser un peu avec les concepts de base (comme le sens dans lequel tenir sa manette) avant d’attaquer le vif du sujet, et un point de sortie, avec son traditionnel (pour le jeu vidéo boss) de fin et la traditionnelle (pour le musée) boutique, existe aussi.
Entre les deux ? A vous de jouer.

Tous les thèmes
Ce n’est pas parce que l’expo est ouverte qu’elle est chaotique. Elle se penche sur tout les aspects de la culture vidéo-ludique, et chaque aspect a sa zone dédiée : le coté professionnel, où sont présentés les divers métiers de l’industrie et un atelier permettant de créer son propre jeu et ainsi découvrir le process qui va avec, mais aussi le coté histoire et recherche, entre les premiers jeux, les gameplay émergents, en passant par des espaces d’immersions pour jouer autrement.
Ces ateliers s’enchainent au gré de vos pérégrinations, avec toujours un guide, une plaquette, un livre interactif, voir un mur complet pour vous accompagner et vous expliquer ce qui vous entoure.

Un musée qui « play »
Comme Mathieu le disait, le cœur de l’expo est dans cette dualité entre le jeu et le musée. On ne va pas à une expo pour jouer au jeux qu’on pratique dans son salon, pas plus qu’une expo sur le jeu vidéo peut se passer d’interactivité. C’est donc une expo qui se joue qui se tient à la Cité des Sciences. Nombre de jeux ont été conçus pour l’occasion, et même ceux qui pré-datent l’expo ont été remanier pour s’intégrer dans votre visite. C’est donc la manette à la main/l’écran tactile sous les doigts/votre tête devant la caméra/autre périphérique de contrôle que vous allez explorer la culture vidéo-ludique.

Cité des Sciences style
La Cité est connue pour proposer des animations et des expos ludiques et ouvertes à tous, celle ci n’y fait bien entendu pas exception. Tout public, du plus jeune au plus vieux, du moins expérimenté au PGM hardcore, y trouvera son bonheur. Tout est prévu pour être accessible à tout les niveaux, et la foultitude de sujets abordés, ou de degrés de réflexion à chaque étape (au delà du premier niveau de jeu, vous pouvez toujours creuser le « Pourquoi » et le « Comment » à chaque borne) ne laissera personne indifférent.
Vous aurez aussi droit à toutes sortes d’aménagement spécifique à cette exposition, comme en particulier les cartes « mon LOG », qui permettent d’enregistrer vos hauts-faits pendant la visite (vos scores, les jeux que vous avez créé, ou les photos que vous avez pris aux bornes de réalité augmentée) pour les retrouver sur Internet plus tard, chez vous.

L’Histoire et ses histoires
Si l’Histoire n’est pas laissée pour compte (vous retrouverez nombre de jeux anciens, presse d’époque ou faits historiques dans votre visite), vous trouverez aussi les histoires de joueurs, testeurs, et créateurs plus ou moins connus disséminés sur des bornes vidéos un peu partout dans l’exposition, qui vous parlerons chacun d’un jeu marquant, et de leur ressenti. Après tout, qui fait la culture, le jeu ou le joueur ?

Et aussi…
Cette expo présente aussi beaucoup d’autres choses qu’on n’a pas encore cité : vous pourrez par exemple trouver Evil Blind Mutant Monster Attack, et découvrir un jeu accessible aux handicapés, puisqu’un joueur joue uniquement avec l’image et l’autre exclusivement avec le son, mais aussi des jeux sur tablettes, à jouer en solo, ou d’autres qui se jouent jusqu’à 4 pour découvrir les différents genres de jeu…
On n’a pas détaillé non plus les expériences immersives : des FPS en réseau se jouant dans une bulle, des appli de réalité augmentée qui vous rhabille, ou du jeu qui vous met directement à la place de l’avatar… Et sans compter les parties « non jouables » de l’expo, entre reportages et scénettes de présentation.
Bref, beaucoup de chose à voir, de préférence par vous même !

En conclusion
Vous l’aurez compris, on a de tout dans cette excellente exposition. On ne peut que vivement la recommander à quiconque à la moindre curiosité à propos d’un aspect du jeu vidéo, et encore plus si vous avez beaucoup d’intérêt pour le genre.
L’expo a été réalisée par des pros, venus de tous horizons, et maitrisant parfaitement leur sujet. Pas d’attrape-nigaud ni de lieu commun, aucune concession n’a été faite à la facilité : vous aurez du jeu, de la culture, et du vrai fun et de la découverte sans poudre aux yeux ajoutée.
D’ailleurs, là risque bien d’être le point faible de l’exposition : son succès et sa prise d’assaut par le public ! Mieux vaut prévenir que guérir, on vous recommandera donc d’éviter les périodes de vacances scolaires ou de grosses affluences dans la mesure du possible.
On leur souhaite beaucoup de succès, et on espère vivement voir l’initiative reconduite sous forme d’une exposition permanente d’ici mi-2014 !

Infos pratiques
Site de l’exposition : www.jeuvideolexpo.fr
Tout se passe à la Cité des Sciences et de l’Industrie, Porte de la Villette, à Paris, et ce jusqu’en août (au moins, on espère plus !)
Le tarif plein est de 11€, soit 8€ pour l’accès à la cité et 3€ de supplément pour l’expo jeu vidéo.
Un tarif réduit à 9€ (6+3) est proposé pour les moins de 25 ans et les plus de 60, les étudiants, les familles nombreuses et le personnel de l’Éducation Nationale.
La gratuité s’applique pour les moins de 6 ans, les chômeurs, les allocataires des minima sociaux, et les personnes handicapés ainsi que leurs accompagnateurs.

Pour tous les détails sur ces tarifs, et les horaires d’ouverture, on vous invite à consulter cette page du site de l’exposition.

Merci à Mathieu de nous avoir accordé cette petite interview, on lui souhaite beaucoup de réussite avec cette exposition !
Merci également à Charles d’avoir filmé l’interview et sauvé un minimum de contenu vidéo des mains malhabiles et destructrices de Jocelyn…

Games Reflexions à Cergy

Depuis le 19 Octobre 2013, se tient à Cergy l’exposition « Games Reflexion : le jeu vidéo comme reflet du réel »
Elle a lieu à la salle du « Carreau » (3 rue aux Herbes), et se tiendra jusqu’au 30 novembre.

De quoi on parle ?
Cette exposition met en avant (comme son nom l’indique) le rapport entre le jeu vidéo et la réalité, et la perception qu’on a du réel déformé par nos habitudes de jeu… ou l’inverse, je sais jamais. L’expo cherche aussi à mon sens à vous faire découvrir la culture « underground » du jeu vidéo, avec des jeux que vous n’avez que peu de chance de trouver chez votre dealer usuel.

Et concrètement ?
L’expo vous présentera une foule de jeux, qui ont le bon goût d’être tous jouable (enfin, quand la borne n’est pas en rade).
Il y en a plusieurs genre : certains sont des jeux simples et classiques, mais présentés d’une manière complétement originale, que ce soit au niveau du support de diffusion, ou de la manette de jeu.

Un jeu de course, qui se joue vraiment avec les pieds

Non, ce n’est pas un gros paillasson, mais bien un casse tête

Vous aurez aussi des jeux qui se répondent ou se complètent : une simulation de « bonne épouse » et sa contrepartie « bon mari », pour être vraiment dans le thème de l’expo, mais aussi, si vous voulez voir à quel point la perception du jeu influe votre expérience, vous pourrez aussi trouver, par exemple, deux jeux aux mécaniques identiques, mais dont l’un est en graphismes « moderne » alors que l’autre est en art ASCII.

Deux bornes, un concept : une rue, du rose, un joystick et un bouton d’action. La seule différence : d’un coté c’est « rose bonbon » où le bouton d’action sert à faire des câlins à vos amis, de l’autre « rose punk » où ce même bouton défonce tout ce qui moufte. Tout est question de contexte…

A coté de ça, vous trouverez aussi des jeux comme Evoland, qui retrace l’histoire du jeu d’action/aventure/RPG… en un jeu d’action/aventure/RPG, ou « Side Quest », qui se pose la question de l’intérêt de la quête principale. Ces jeux se jouent de façons plus classique, mais n’ont rien de classique !

A noter que la plupart des jeux présentés n’ont pas été conçu pour l’exposition, mais y ont été importé directement depuis la source (Game Jam, Internet, etc.)
Ça permet une vision plus « authentique » de ce qu’on trouve dans les communautés ludiques, mais ça implique quelques contreparties aussi, comme un effet un peu patchwork par endroit, mais surtout des problèmes techniques récurant, entre bug et nécessité de reset à la main (d’où ma remarque sur les bordes en rade en début d’article). Il faudra donc parfois faire preuve de patience à certains points :) !

Enfin, si jouer n’est pas votre truc, vous trouverez en périphérie de l’expo quelques vidéos/reportage sur l’évolution de la pratique, ou des expos plus artistiques et moins jouables d’extraits de jeu. Malheureusement, c’est Jocelyn qui est allé en faire le tour, et vu qu’il a autant de sensibilité artistique qu’une buche, on ne s’appesantira pas dessus plus avant…

Le ponctuel
L’expo, ce n’est pas seulement le contenu disponible pendant toute la durée de l’événement, mais aussi des activités plus ponctuelles, mais non moins intéressantes.
On citera en particulier la table ronde du 5 Novembre, sur le sujet « Entre jeux vidéo expérimentaux et jeux classiques, les créations vidéo-ludiques peuvent-elles avoir un statut artistique ? », qui réunit chercheurs et créateurs de jeu pour débattre de cette question, mais aussi des ateliers proposant la customisation de manettes ou la création de jeu vidéo sur papier pour les plus jeunes.
Vous trouverez tout le programme et les dates à cette adresse.

Quel public ?
Si certaines activités sont clairement orientées (atelier pour les enfants, conférences pour les plus hardcores…), l’exposition peut aussi bien se visiter en famille qu’en solo ou entre amis. Attention toutefois, tout les jeux présentés ne sont pas forcément à mettre entre toutes les mains, pensez à vous faire guider par les exposants si vous y allez avec des plus jeunes, ça vous évitera certains déboires comme devoir expliquer ou contextualiser les jeux aux scènes les plus explicites. (Hey, on vous avait dit que c’était le reflet du réel, après tout :) !)
Si toutes les catégories de joueurs peuvent s’y retrouver, y compris les non joueurs, il est clair que les aficionados de jeu vidéo et les plus curieux y prêteront nettement plus d’attention.

En conclusion
Une bonne petite expo en résumé pour la ville de Cergy. Une connotation très « artistique » y est apporté, sans pour autant délaisser l’interaction ludique. Quelques bugs sont à prévoir, mais, à moins de passer vos nuits à écumer les forums, hubs, challenge de conception et autres communautés underground de création artistique vidéoludique, il y a fort à parier que cette expo vous ferra découvrir des choses sur votre média préféré !

Photos prises par M. Henri Morawski, de l’organisation de l’exposition. Merci à lui de nous les avoir faites parvenir !

Podcast 8 – Role Playing Game (3/4)

On reprend là où on s’est arrêté : fin 80 / début 90, le RPG est une industrie qui enterre ses pionniers et rentabilise ce qu’elle a appris par le passé. On parlera de deux évolutions en parallèle l’une de l’autre : le RPG à l’occidental, dans la continuité de ce qu’on connait aux US, sur ordinateur, et à coté le RPG à la Japonaise, qui débarque avec les consoles de salons.
En quoi les jeux sont différents ? Est ce qu’on peut toujours parler de RPG ? Qui profite de quoi sur le marché du matériel (nouveaux ordis, consoles moins chers…) ?
On vous en parle dans cette émission !

Podcast 8 – RPG, troisième partie
Animateurs : Coralie, Jocelyn et Matthias

Téléchargement direct de l’émission

N’oubliez pas que vous pouvez nous retrouver sur Facebook, Twitter, Google+, Itunes, Youtube ou par RSS.

Podcast 7 – Role Playing Game (2/4)

Voici notre premier podcast de la Saison 2 ! On est très content de revenir, et c’est à vous qu’on le doit, merci beaucoup !
Nous continuons donc logiquement là où nous étions restés, à savoir le sujet des RPG. Cette fois ci, on attaque les années 80, la période où la commercialisation du RPG prend sont essor, et où les prémices d’une industrie apparaissent. Le format de série devient un standard, et on voit apparaitre les premiers problèmes de propriété intellectuelle…
Cette émission ayant été encore une fois trop courte, on allonge donc notre série d’un épisode ! Mais attention, en cette saison 2, on essayera de traiter une thématique par mois, donc les deux derniers numéros sur les RPG seront enregistrés en Octobre ;) !

Podcast 7 – RPG, deuxième partie
Animateurs : Coralie, Jocelyn et Matthias

Téléchargement direct du podcast

N’oubliez pas que vous pouvez nous retrouver sur Facebook, Twitter, Google+, Itunes, Youtube ou par RSS.

On repart pour une deuxième saison ! (Et ça va chauffer)

Mise en place du site, nouvelles activités prévues, enregistrement live d’une émission ce soir… Pas de doutes, c’est la reprise !

JV7 : les RPG (2/3)

Comme vous le savez déjà si vous suivez nos réseaux sociaux, ce soir, on enregistre la huitième émission de JV (numéroté JV#7 parce qu’on a commencé à partir de 0…)
Ce sera à 21h sur le live de BadGeek, et comme toujours le chat sera ouvert pour poser vos questions pendant l’émission, et développer le thème tous ensemble pour ceux qui voudrait le prolonger en « after ».
Le sujet ce soir, c’est la suite du précédent podcast (et la préquelle du prochain), à savoir les Roles Playing Games !
On vous a parlé de la préhistoire de ces jeux, des wargames à Donjons&Dragons, qui ont donné les premiers ancêtres des RPG dans d’obscur laboratoire, avant de commencer à se rependre auprès d’un plus grand public, d’abord comme outil « d’assistance au MJ », puis comme jeu à part entière.
On reprendra donc où on s’est arrêté, à savoir les premiers succès commerciaux qui on fait du RPG un produit culturel. C’est Jocelyn, Coralie et Matthias qui vous parlerons pêle-mêle des années 80 / début 90 des RPG, de leur industrialisation, de la naissance de genres particuliers, de l’apparition de standard, des premiers clivages ordinateur/consoles… Bref, tout ce qui a bercé l’enfance du RPG qu’on connait aujourd’hui (qui lui sera le thème de notre troisième et dernière émission sur le sujet)

Nouveautés saison 2

Mais on se fend d’un article de blog, ce n’est pas seulement pour vous parler de l’émission de ce soir, mais bien pour détailler les nouveauté de cette saison 2 !

Le site
La première, vous êtes dessus : on va commencer à se servir du site. Jusque là, ça n’a été qu’une page d’information statique, maintenant il sera la plateforme de diffusion de nos contenus « hors-podcast ».
Vous y trouverez donc nos interventions à l’extérieur, des enregistrements audio et/ou vidéo d’activités en lien avec la culture du jeu vidéo (pas forcément fait par nous) et un agenda des sorties qui arriveront très prochainement

Les sorties et animations
Parlons-en, d’ailleurs, ce ces sorties ! Il existe beaucoup d’informations très intéressantes sur le milieu vidéo-ludique que nous ne pouvons pas retransmettre par oral dans nos podcasts, et ce pour de multiples raisons : intervenants indisponibles, nécessité d’un contexte particulier, événement éphémère, sujet trop court/trop long pour notre format de 55 minutes…
Bref, plein de choses nous passent sous le nez quand on reste enfermée dans notre petite case sur le web. C’est donc pour ça que nous allons en sortir ! Armés de nos micros et de quelques contacts bien placés, nous allons dans la mesure du possible essayer d’une part de couvrir différents événements (ça va du salon au cours magistral en passant par des conférences) et d’autre part de faire nos propres interventions, par du podcast live en public, et en organisant des tables rondes ou autres animations.

Et plus spécifiquement ?
Plus spécifiquement, on part pas à l’aveugle : cette évolution de podcast vers IRL, on l’a déjà fait avec Les Dessous du Troll (dont on a plus de la moitié de l’équipe en commun :P ), un bon exemple étant notre intervention aux coté du Centre Nationnal du Jeu pendant le salon Geekopolis.
Et même chez JV, on a déjà eu l’occasion de faire quelques interventions ponctuelles dans le cadre de BadGeek sur notre sujet fétiche. Par exemple, vous pourrez facilement reconnaitre le joli timbre de voix de Jocelyn, facilement identifiable au fait qu’il BEUGLE COMME UN SOURD MÊME EN VRAI, sur cette vidéo

Quoiqu’il en soit, il se passe des trucs de folie rien que ce mois d’octobre/début du mois de novembre. On peut pas vous parler de tout, mais sachez qu’on va essayer de maximiser notre présence un peu partout. On espère notamment pouvoir retourner à Paris Games Week cette année aussi, ou participer et/ou couvrir « Jeu Vidéo : l’Expo » dont nous parlait notre invité Mathieu Triclot, qui va s’ouvrir à la cité des Science dans le courant du mois.
En tout cas, les demandes sont lancées, on a pris des contacts un peu partout, et on a pas mal d’ambition cette année… Alors on s’occupe d’abord du podcast de ce soir, et une fois bouclé, on vous tiens au courant pour la suite ;) !

Ah, au fait !

Merci.
Merci à vous, les auditeurs, mais aussi à toute l’équipe derrière JV, et ça inclut nos diffuseurs/partenaires/lieu de référencement, car c’est grâce à vos encouragements et votre motivation que non seulement on peut repartir cette année, mais également qu’on va repartir beaucoup plus fort que l’année dernière !

Alors en attendant de vous revoir ce soir sur le live de l’émission, amusez vous bien !

Qu’est ce qu’on fait pendant Japan Expo / Comic Con’ ?

Salut à tous !

C’est notre première utilisation du blog, pour poster un vrai article de news ! On se le réservait pour vous annoncer notre présence à Japan Expo / Comic Con’… Malheureusement, c’est tout le contraire.
On l’a laissé entendre plusieurs fois, on devait y être, mais les circonstances (i.e. : coups de couteau dans le dos) vont nous faire rester chez nous…

Pourquoi donc ?

Parce que cette année, Japan Expo / Comic Con’ muselle la presse, les podcasts et les blogs indépendants
Sous prétexte de sélection, le salon qui hier faisait rentrer toutes personnes possédant une carte de presse ou un minimum d’activité online à aujourd’hui décider d’écarter les « petits blogs ».
Remarquez, ça se tient, ils vont pas faire rentrer tout le monde et n’importe qui avec des accès presse…
Mais c’est sans compter sur l’hypocrisie légendaire de ce salon, qui frappe à un niveau inédit cette année ! Prenons un exemple proche de nous : l’équipe des Dessous du Troll, nos confrères du label Polhy, qui ont été refusés.
Vous le savez, la moitié de l’équipe de JV est commune avec celle de DST, et du coup j’étais avec eux l’année dernière quand on a fait des heures d’interview en différée ou de conférence live qui ont connu un très gros succès… Mais cette année, non, ils rentrent pas ! Malgré la présence sur place, malgré le travail, malgré la renommée grandissante de l’association quand il s’agit de conférences (on était à Geekopolis cette année, un salon vraiment mieux :3 !), DST s’est fait dégager comme des inconnus de bas étage.
Évidement, ce n’est qu’un exemple, mais surement pas isolés : podcasts indépendants, journalistes (avec carte de presse en bonne et due forme), habitués avec planning d’interviews déjà booké… Non, cette année le salon tournera en circuit fermé ! A croire que seuls les très gros (et accessoirement partenaires et sponsors, wink wink) auront la sacro-sainte autorisation de parcourir le salon avec le badge « presse ».
Autant vous dire que pour le naissant JV, on n’a même pas essayé.

Parce que notre base d’opération et habituelle structure, BadGeek, s’est faite dégager sans préavis, unilatéralement et sous des prétextes fallacieux, de son partenariat avec le salon
Évidement, on allait pas y aller pour se balader, à JE/CC… Alors pourquoi donc ? Pour animer le stand de BadGeek, évidement ! Sauf que cette année, le stand promis ne sera pas du…
Que s’est il passé ? Simple : il y a eu un arrangement, et BadGeek a fait sa part : concours organisé sur le site, communication visuelle, préparation d’animations, organisation et planification des 4 jours… En échange, il devait y avoir un stand. Un truc tout petit qui nous aurait couté les yeux de la tête rien qu’en frais, mais un stand quand même (je vous passe les détails de la gageure que ça a été pour obtenir ne serai-ce que ça…)
Et finalement, 3 semaines avant le début de l’événement (et deux jours après que BadGeek ait tout fait niveau comm’, et commencé à engager des frais pour bouger sur place le jour J), BadGeek a reçu un mail annonçant qu’une clause du concours (pourtant terminé !) ne leur plaisait finalement pas, et qu’ils annulaient absolument tout dans l’instant.
Pour ceux que ça intéresse, la clause en question était l’un des accès au concours : on pouvait participer en répondant à des questions, mais c’était automatique pour ceux qui faisaient un don à BadGeek pour l’aider à avoir un stand au Comic Con (pas besoin de répondre aux questions pour ceux qui connaissent assez BadGeek et Comic Con pour les aider financièrement à y retourner). Au début, Comic Con a d’abord tenté de se rétracter en invoquant une vente déguisée de places gratuites (ce qui n’est pas le cas, puisqu’il s’agissait toujours de participer au concours, non d’en détourner les lots), a ensuite prétendu ne pas avoir validé ce point du règlement et seulement les questions (qui étaient pourtant sur la même page depuis le premier jour, log du serveur à l’appui), et a pour terminer fait intervenir une huile de chez eux qui a répéter en boucle le même argumentaire foireux… Si un jour j’édite un dictionnaire, je mettrai le logo Comic Con’ France à coté de la définition de « mauvaise foi ».
En parlant de mauvaise foi, d’ailleurs, ceci s’est produit la même semaine où les accréditations presse ont été refusées en masse (voir le paragraphe ci-dessus), et que pas mal d’autres partenariats sont tombés à l’eau de manière similaire avec d’autres acteurs. De façon concomitante, c’est bizarrement aussi pendant cette semaine qu’est tombée la liste complète et définitive des stands, dans laquelle n’apparaissaient évidement pas les évincés de dernière minute. A croire qu’ils ont été super rapides pour remplacer les stands éjectés… voir qu’ils n’avaient jamais prévus de donner ce qu’ils avaient promis, mais ça, c’est complétement impensable, voyons, ce serai malhonnête *_* !

Bref… En vocable de gamer, on appellerai ça un backstab. Là, personnellement, j’ai d’autres qualificatifs qui me viennent en tête, mais la bonne morale m’empêche de les évoquer ici… (pour ceux qui manquent d’imagination je vous encourage à associer dans Google Images les termes « gravier » et « so… arf, non, la bonne morale, j’oubliais)

Qu’est ce que ça change pour JV ?
Ben déjà que notre introduction dans le monde merveilleux (et digne de Dallas, sérieux…) des salons geeks est reportée !
Et ensuite que ça nous a foutu la misère dans le planning, ces imbécilités. Parce qu’il faut savoir que BadGeek n’est pas une structure indépendante, c’est une association dont JV fait partie. Ca veut dire, en gros, que les gars qui préparent les podcasts sont les mêmes qui vont gérer les contacts avec les salons, et donc quand il s’agit d’essuyer les plâtres quand JE/CC décide de déconner avec BadGeek, c’est les productions qui en pâtissent.
Donc la semaine passée à essayer d’avoir des explications, les déplacements, recontacter les partenaires pour tout annuler, etc., etc., c’est autant de temps qui a été perdu à préparer les émissions, et nous en sommes bien désolé. C’est aussi pour ça qu’on gueule beaucoup sur le salon, parce qu’on se contente pas de ne pas y aller : on subit un vrai handicap parce qu’ils nous lâchent au dernier moment.

Du coup, on fait quoi ?
Pour nous, sur JV, on reprend le cours de nos émissions. On va probablement finir la saison en tassant les derniers numéros ensemble, bref, vous avez l’habitude de notre rythme chaotique, maintenant :) !
Pour vous, vous faites comme vous voulez :D ! Mais vous pensez bien qu’on vous aurait encouragé à venir nous voir si on avait eu notre stand comme prévu… Alors pour le coup, on vous encouragerai bien à ne pas aller à ce salon :D !

Cette année Japan Expo/Comic Con’ nous a bien cassé les oreilles pour nous rappeler leur « position de leader ». Visiblement, cette position est pour eux une facilité qui leur permet de filtrer la presse, exploiter et trahir leur partenaires, et privilégier toujours plus le rendement financier aux dépens de l’intérêt culturel. Rappelons leur qu’être « leader », c’est avant tout montrer l’exemple et être irréprochable. Les plaintes s’élèvent de plus en plus contre ce salon… Arrêtons de lui apporter notre soutien, notre intérêt et notre présence, et voyons comment JE/CC vit sa position de leader une fois sur le déclin.